Kisangani/Campagne électorale : Madeleine Nikomba vomie, Jean Bamanisa réclamé au podium présidentiel.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 906 Views

Pouvoir au peuple, oui, c’est l’un des principes de la démocratie et la population rassemblée à la grande poste l’a prouvé ce mercredi 29 novembre 2023 devant le chef de l’Etat lorsqu’il tenait son meeting de campagne.
Elle a vomi sa gouverneure, l’accusant d’être responsable du conflit foncier opposant les communautés Mbole- Lengola.
Un conflit qui a causé des centaines de morts et des milliers de déplacés.
La population en colère n’ a pas voulue entendre sa gouverneure introduire le chef de l’Etat comme cela est de coutume dans de circonstances pareilles.
Elle scandait le chant Bimaah ! bimaah ! qui peut se traduire sortez ! sortez !
A sa place, la population a demandé au président d’accorder la parole à Jean Bamanisa Saidi, le dernier gouverneur de la grande province Orientale et candidat à la députation provinciale dans la ville de Kisangani sur la liste du mouvement de libération du Congo Mlc et allié.
Quelle humiliation pour celle qui se considère comme la toute puissante gouverneure et sauveur de la Tshopo avec sa politique de « Tshopo il faut Ebonga na nko ». Qui signifie il faut que la Tshopo se développe de gré ou de force sous sa gestion.
De son côté, Jean Bamanisa Saidi, jubile et remercie la population pour la marque de confiance qu’elle continue à lui témoigner.
Toutefois, elle regrette le bruit que faisait une frange de la population qui n’a pas permis au chef de l’Etat de communier convenablement avec la population.
A la question de savoir s’il va postuler comme gouverneure de la Tshopo; Jean Bamanisa Saidi pose de condition.
« Il faut que le mécanisme de fonctionnement entre le gouvernement central et provincial soit complet.
Si j’ai le moyen, je peux faire un bon travail pour relancer et stabiliser la province de la Tshopo. Je l’ai dit au chef de l’Etat au cours d’une réunion, il y a un mois et demi.
Pas comme à l’époque de Kabila où le gouvernement central vous fermait les robinets expressément. J’ai eu à le dire au président Kabila, il y a deux ans, que ces gens ont joué avec moi en me bloquant. Et ça fait mal parceque on a perdu du temps, pas pour soi-meme mais pour toute la population. »
Ce cas vécu par Madeleine Nikomba, Médard Autsai l’avait aussi vécu lors de la campagne électorale de 2011 où la population l’avait rejetté devant le président Kabila au profit d’un candidat député national venu de nulle part.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *