Kisangani/ Conflit Mbole-Lengola: Conséquence de l’instabilité des institutions provinciales estime maître Jean Denis Longandja.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 145 Views

Face à la reprise de tueries dans la commune de Lubunga, maître Jean Denis Longandja sort du silence.
Avocat au barreau de la Tshopo et acteur politique, ce jeune avocat et candidat à la députation provinciale dans la circonscription d’Isangi s’interroge sur la vraie cause du conflit entre les communautés Lengola et Mbole qui a déjà causé plusieurs morts et des milliers de déplacés.
Au cours d’un entretien avec votre media, Jean Denis Longandja ne croit pas à la thèse selon laquelle la cause serait la signature de vingt contrats d’occupation provisoire octroyés a la société compagny Agro-pastorale Cap Congo SARL, si non cette société serait la cible de la communauté propriétaire de ces terres et n’allait pas fonctionner.
D’autre part, il allait comprendre la cause du conflit si l’un des membres de ces communautés aujourd’hui en conflit aurait acheté ces terres, ce qui pouvait peut être causé la jalousie de l’autre communauté qui se sentirais lésé. Ce qui n’est pas le cas. Ou encore si c’était l’Etat Congolais qui a violé la loi, la communauté propriétaire de ces terres allait mener des actions de protestation ou traduire l’état Congolais en justice conformément à la loi.
Pour lui, la cause de ce conflit n’est pas encore révélé au public. Et le gouvernement provincial ne communique pas assez sur les vraies causes de ce conflit. Conséquence, la population se contente des rumeurs qui sont distillées par ci par là. Aussi en observant le mode opératoire de ces malfaiteurs qui egorgent leurs victimes et coupent le sexe des femmes, est ce que ce n’est pas le même groupe qui opère à Béni, Ituri et récemment au Mai ndombe dans le conflit Teke?
Dans ses analyses, cette recrudescence de la situation sécuritaire est l’une des conséquences de l’instabilité des institutions au niveau provincial. Pourtant la province était sur la bonne voie pour sortir du gouffre dans laquelle elle se trouvait avec les efforts du gouvernement de maître Louis Marie Walle Lofungola, qui ne jurait que de faire sortir la province de descente de l’enfer.
Aujourd’hui la province est de plus en plus descendus aux enfers.La province a raté son décollage à cause de l’instabilité des institutions causée par les députés provinciaux.
L’actuelle gouverneure ne peut opérer le miracle pour le reste de temps de cette législature qui s’achève.
Pour la population de la Tshopo doit fonder son espoir à la prochaine législature pour voir peut être le début de son décollage. Pour cela la population est appelée à faire un bon choix de ses représentants lors des prochaines élections qui pointent à l’horizon.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *