Kisangani/ Conflit Mbole-Lengola: la population de la commune de Lubunga charge la gouverneure de province de responsable numéro un de ce conflit.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 252 Views

 » Nous voulons la paix à Lubunga » ou  » Nous exigeons l’annulation de 20 contrats d’occupation provisoire octroyés à Cap Congo SARL » , ou encore des images de dernières tueries qui ont fait déverser le vase où l’on voit des personnes égorgées et des femmes sexe coupés. C’est l’essentiel des messages des habitants de la commune de Lubunga qui ont traversé le fleuve Congo ce jeudi 19; octobre 2023 pour exprimer leur ral le bol face aux tueries enregistrées depuis le mois de février de cette année à la suite du conflit opposant les communautés Mbole et Lengola. Cette marche était précédé mercredi par la journée commune morte et une marche les après midi dans les artères de cette commune.
La marche de ce jeudi 19 octobre est partie du beach bac à l’assemblée provinciale, gouvernorat de province et à la mairie de Kisangani. Partout, ils déposaient leur mémorandum aux animateurs de ces institutions. Memo dans lequel la population de Lubunga évoque la cause du conflit.
Selon cette population, la signature de vingt contrats d’occupation provisoire octroyés à la société compagny Agro pastorale du Congo Cap Congo SARL en est la cause.
Elle cite la gouverneure de province comme responsables de ce conflit et les députés nationaux et provinciaux de ses complices. L’octroi à Cap Congo SARL de l’ étendue de 4.000 hectares par la signature de 20 contrats d’occupation provisoire en violation des textes réglementaires, l’empêchement des communautés en conflit de rencontrer le vice premier ministre, ministre de l’intérieur en août dernier lors de son passage ici à Kisangani et son refus de descendre à Lubunga depuis le début du conflit et le manque de message de compassion aux victimes sont les griefs retenus à charge de la gouverneure.
Aux députés de n’avoir jamais interpeller la gouverneure sur cette question pour les provinciaux ou le vice premier ministre et ministre de l’intérieur, pour les députés nationaux, déclare Héritier Isomela, président de l’Ong Sauti ya Lubunga un des organisateurs
de cette série d’activités.
Prenant défense de son chef, le directeur de cabinet de la gouverneure, le professeur Sam Yakusu qui a réceptionné ce mémo, indique que la gouverneure ne se lasse pour une solution efficace de ce conflit. Raison de ses multiples voyages à Kinshasa et comme résultat les autorités nationales viennent d’envoyer un escadron des policiers avec pour mission de traquer toutes les personnes impliquées dans ce conflit. Cette traque se fera de porte à porte et de village à village.Et ces policiers sont entrain de traverser à Lubunga a précisé le directeur de cabinet de la gouverneure.
Dans ce mémo, la population de Lubunga a émis aussi la crainte de voir ce conflit embraser toute la province suite à la participation d’autres tributs aux côtés de communautés en conflit suivant leurs affinités. C’est le cas de Topoke et Mongo qui sont derrière les Mbole alors que les Kumu et les Mituku soutiennent les Lengola.
Comme piste de sortie de cette crise, la population de Lubunga exigent l’annulation pure et simple de contrats octroyant à Cap Congo les 4.000 hectares, la convocation d’une table ronde devant réunir les parties en conflit et surtout l’implication du chef de l’Etat dans la resolution à ce conflit.
Il faut dire que jusque là on ne sent pas l’élan de solidarité aux victimes de ce conflit. Seuls les habitants de la commune Lubunga et quelques ressortissants de cette commune habitant la rive droite du fleuve Congo ont participé à cette marche.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *