Kisangani/Santé : L’association nationale Congolaise des soins palliatifs installe l’unité de soins palliatifs aux cliniques universitaires.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 122 Views

C’est avec une conférence scientifique sur le cancer que l’association nationale Congolaise des soins palliatifs a démarré ce mardi 20 février 2024, sa série d’activité ici l’université de Kisangani.
Cette association qui regroupe toutes les organisations de soins palliatifs en RDC, a vue le jour à Kinshasa, est entrain de s’étendre partout à travers le pays. Elle poursuit comme objectif, la formation et la sensibilisation autour du soin palliatif pour que les malades qui souffrent en hospitalier ou à domicile soient accompagnés dans leurs souffrances et douleur surtout quand ils sont en phase terminale, a indiqué le prof Désiré Mashinda de la faculté de médecine de l’Université de Kinshasa, président national de cette organisation et directeur général de l’école de santé de Kinshasa.


Deux exposés ont été développés au cours de cette conférence scientifique de sensibilisation tenue à l’amphithéâtre de l’université de Kisangani.
Le premier développé par le président national de l’association de soin palliatif, qui a présenté son association.
Et le second sur la prise en charge médicale du cancer par la professeure Françoise Cerexhe, spécialiste en soins palliatifs.


Cette conférence sera suivie à partir de ce mercredi 21 février 2024 de quatre jours de formation pratique aux cliniques universitaires.
Cette formation ne concerne non seulement les prestataires de santé mais aussi les psychologues, les sociologues, les nutritionnistes, les kinésithérapeute et bien d’autres.
A l’issue de la formation, une unité de soin palliatif sera monté aux cliniques universitaires de Kisangani, a précisé le prof Désiré Mashinda.
Et de poursuivre qu’aujourd’hui dans le monde surtout en Afrique l’attention est plus focalisé sur les maladies transmissibles telles que le sida, la tuberculose, le paludisme, la santé de mère et de l’enfant oubliant qu’à cause de certains facteurs, les maladies chroniques non transmissibles ( diabète, hypertension, cancer…)commencent à être de plus en plus incidents surtout dans les centres urbains.
Pour le cas du cancer par exemple, le Président national de l’association de soins palliatifs déclare que le cancer est un grand tueur quand il n’y a pas d’issue thérapeutique alors que si la consultation et le diagnostic se font à temps, le malade peut être soigné correctement avec des moyens simples.
D’ailleurs le gouvernement Congolais a équipé les structures médicales du pays en médicament pour soigner le cancer.
Les cliniques universitaires de Kisangani font partie de ces structures médicales, fait savoir, le directeur général de l’école de santé publique de Kinshasa, le prof Désiré Mashinda.


Le cancer est fréquent à Kisangani reconnaît le prof Camille Atoba, doyen de la faculté de médecine de l’Université de Kisangani.
Plusieurs cas sont pris en charge dans les différents départements des cliniques universitaires( chirurgie, genycologie, pédiatrie et médecine interne).
Dans ce dernier département par exemple, c’est le cancer de foie, qui est plus fréquent.
Il faut dire que cette série d’activité de l’association nationale Congolaise de soin palliatif est organisé en partenariat avec la faculté de médecine de l’Université de Kisangani, la faculté de médecine de Kinshasa et de l’école nationale de santé publique de Kinshasa.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *