La province de la Tshopo sur la bonne voie: Deux nouvelles concessions de forêts de communautés locales acquises.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 133 Views

C’est sous une note de satisfaction et d’espoir de voir le processus de foresterie communautaire évolué positivement en province de la Tshopo que se sont clôturés ce vendredi 14 juillet 2023, les travaux de la 8e table ronde multi acteurs du processus de foresterie communautaire en Rdc. Travaux ayant duré 4 jours ici à Kisangani, chef lieu de la province de la Tshopo. Satisfaction de voir deux arrêtés provinciaux signés au moment où se clôturaient les travaux de cette table ronde. Arrêté octroyant de concessions de forêt de communautés locales CFCL a deux communautés sur les dix qui étaient en attente sur le bureau de l’autorité provinciale. Certes un début du déblocage du processus de la foresterie communautaire dans la Tshopo mais beaucoup reste à faire comme l’on eu a constatés les participants à ce forum de Kisangani. Il est vrai que les responsabilités sont partagées mais la synergie des efforts est obligatoire pour faire avancer le processus. Au si ils recommandent entre autre aux parties prenantes ce qui suit, a l’exécutif provincial de poursuivre l’opération de signature de reste de dossier de demande de CFCL mais aussi de mobiliser de fonds pour soutenir les activités de ce processus. Pour faire avancer le processus de la foresterie communautaire dans la Tshopo qui était a la traine des autres provinces qui ont moins d’espace forestier. À l’administration centrale de l’environnement et développement durable d’éviter le changement de points focaux au niveau provincial. Un autre point qui bloque ce processus, c’est le conflit de limite, a ce sujet, les participants demandent aux communautés locales d’associer lors de l’élaboration de la cartographie les voisins et toutes les parties prenantes a la discussion. A ce propos, ils recommandent aux partenaires techniques et financiers de mobiliser le fonds pour l’élaboration de guide méthodologique sur la cartographie participative et le plan simple de gestion. A l’Institut congolais de conservation. Naturelle ICCN de définir les limites de la biosphère de Yangambi. Toujours à ce sujet, les participants ont demandé aux organisations de la société civile qui encadrent les communautés locales notamment d’éviter le conflit de leadership et d’intoxiquer les communautés ou les monter contre telle ou telle autre organisation, de s’engager dans le processus d’accompagnement que lorsqu’elle dispose de moyen techniques et financier disponibles et durables. Elles doivent le faire en conformité avec les textes juridiques et des outils de mise en oeuvre y afférents non pas selon leurs propres démarches.

Les officiels à la clôture

Il faut dire que la foresterie communautaire reste la seule voie qui permet aux communautés de conserver leurs forêts et les protéger contre la spoliation. Ce processus permet aux communautés d’acquérir des titres de propriété pour leur forêt et a travers de plan simple de gestion d’exploiter de manière durable ces forêts. Ces assises de Kisangani rendues possibles grâce à la facilitation du centre d’appui à la gestion durable des forêts tropicales CAGDFT avec l’appui financiers de Rainforest Foundation Grande Bretagne ( RFUK), la Rainforest Foundation Norway (RFN) et The Tenure Facility ( TF).
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *