Opala/ Esu: Isea-Yatolema lance 15 ingénieurs techniciens agronomes A1 et 6 licenciés en développement rural sur le marché d’emploi.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 956 Views

L’institut supérieur d’etudes agronomiques Isea Yatolema a clôturé mardi 31 octobre 2023 l’année académique 2022-2023 à l’instar d’autres institutions de la province, cela conformément au calendrier du ministère de l’enseignement supérieur et universitaire qui fixait la date butoire de cérémonie de collation de grades académiques et de clôture de cette année académique au 31 octobre 2023.
En moins de 100 jours, plusieurs réalisations sont à mettre à l’actif du comité de gestion dirigé par le chef de travaux ingénieur Cyril Basinga Bogumbi, qui a été installé le 08 août 2023.
Il s’agit entre autres du respect du calendrier académique réaménagé, de l’acquisition de matériel de laboratoire pour les travaux pratiques des étudiants, de la tenue du premier conseil de l’institut depuis sa création en 2005.
Dans son discours de politique générale, le directeur général de cette institution a salué la tenue de l’atelier sur l’analyse stratégique de son institution.
Cett atelier de deux jours a permis au comité de gestion de comprendre l’environnement socio culturel et économique de l’institution.
Pour avoir une idée sur la situation de son personnel, une commission ah Doc a été mise en place par le comité de gestion.
Le rapport de cette commission a permis au comité de gestion de faire une mise en place générale aussi, ces données constituent le sous bassement pour les démarches de régularisation de la situation de paie du personnel que le directeur général compte amorcées dès le premier trimestre de l’année académique prochaine à Kinshasa notamment au ministère de l’enseignement supérieur et universitaire et au ministère de budget.
Dans ce registre de réalisation, il faut aussi citer la participation de trois membres du comité de gestion et de 5 du personnel scientifique à l’atelier de formation sur la gouvernance universitaire tenue à Kisangani au mois de septembre.
Tout ceci traduit la volonté de ce comité de gestion de faire de cette institution une grande école de formation de techniciens agronomes et des experts en développement rural de la province malgré les faibles moyens financiers dont il dispose.
Ces moyens financiers, il faut le dire proviennent de frais académiques des étudiants dont l’effectif est très faible et de son guest house.
Ce fonds est en grande partie alloué au transport des enseignants visiteurs sans oublier la paie du personnel, précise le chef de travaux ingénieur Cyril Basinga, directeur général de cette institution.
Une autre difficulté non la moindre, est le non équipement de la bibliothèque, l’insuffisance criante de matériel informatique , le manque d’énergie électrique et de l’internet faire savoir le directeur général.
Face à ces difficultés, le comité de gestion que dirige le chef de travaux ingénieur Cyril Basinga ne baisse pas les bras.
Il compte faire mieux au courant de l’année académique 2023-2024.
Parmi les stratégies arrêtées c’est notamment, augmenter l’effectif des étudiants. A ce sujet, la sensibilisation se fait de village à village où les dépliants sont distribués à la population afin de convaincre les nouveaux et anciens diplômés à se faire inscrire à l’Isea Yatolema, le spot passe dans le media.
Pour encourager les filles à poursuivre les études universitaires, le comité de gestion prend en charge le 25% des frais académiques de ces futures étudiantes. Aussi l’octroi de bourse d’études à deux filles ou fils des groupements Botunga et Yamba.


Entre temps, le comité de gestion va allouer 40% du budget de l’année académique prochaine à la construction et réhabilitation des infrastructures notamment des auditoires des étudiants à préciser le DG de l’institut supérieur d’études agronomiques de Yatolema.
A ce propos le comité de gestion sollicite l’appui de la classe politique du territoire d’Opala aux efforts de la rénovation et réhabilitation de cette institution.
Il faut dire que cette année l’Isea Yatolema a lancé sur le marché d’emploi 15 ingénieurs techniciens agronomes A1 et 6 licenciés en développement rural.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *