Esu/Isc-Kisangani: Les membres de corps académique, scientifique et administratif ferment les bureaux aux membres du comité de gestion.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 537 Views

Les torchons brulent depuis les après midi de ce jeudi à l’ISC Kisangani. Les membres des corps académique, scientifique et administratif ont fermé les bureaux des membres du comité de gestion à l’exception de celui du directeur général. Le secrétaire généra.l qui voulait résister a été pris en partie par les manifestants qui l’ont bousculé et fait sortir de force de son bureau.

Dans un mémorandum lu par le représentant du personnel scientifique, l’assistant Fiston LOFANDJA, ils reprochent entre autre au secrétaire général académique l’incompétence généralisée dans la gestion des affaires académiques qui se caractérise par l’absence de calendrier académique, l’impossibilité de notifier les enseignants permanents et visiteurs, le paiement fantaisiste de certains enseignants visiteurs sous des grades erronés, auto attribution d’une charge horaire exorbitantes( plus de 1.000 heures) par le chef du secteur pour se faire payer comme visiteur au grade de professeur, perception anticipée, par le secrétaire général académique des honoraires pour les heures non encore prestées à hauteur de 18.000.000 FC.

Au secrétaire général administratif, usurpation de pouvoir dans l’engagement de dépenses et initiation des travaux inopportuns et non programmés, plusieurs retrait de fonds injustifiés, l’agression du directeur général dans son cabinet ce 16 aout 2023 en présence de certains agents. C’est cet acte qui a fait deborder le vase.

Ces membres des différents corps, accusent le secrétaire général à la recherche d’obsession à s’ingérer dans le secteur de finance, aucune initiative visant à assurer la promotion de la recherche selon l’esprit de la tutelle.

A l’administrateur de budget, de la gestion calamiteuse caractérisée par des décaissements incontrôlés des fonds par les membres du comité de gestion , sans respect des procédures en la matière, suppression du système de décantation, octroi des collations exorbitants aux collaborateurs extérieurs des autorités académiques par rapport aux plus gradés des agents engagés.
Au regard de ces méfaits, les membres de ces différents corps demandent en plus du remplacement du comité de gestion, l’audit de la gestion financière de la période sous leur mandat et souhaitent que le ministre tienne compte des compétences internes lors de la nomination du nouveau comité de gestion.
Il faut dire que lors de ce mouvement, les étudiants s’étaient opposés à la fermeture du bureau du directeur général.
Pour les observateurs avertis, cette situation était prévisible au regard de la configuration de ce comité de gestion. Dès le départ nombreux n’accordaient pas six mois de vie a ce comité.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *