Frivao: Où sont passés les 9.000.000$ remis à la Snel pour réhabiliter la centrale de la Tshopo et les 3.000.000$ versés au ministère du développement durable pour la réhabilitation des routes de desserte agricole de la Tshopo?

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 284 Views

Depuis le début des activités du fonds spécial de répartition de l’indemnisation aux victimes des activités illicites de l’Ouganda Frivao ,cet établissement public a déjà financé deux grands projets en faveur de la population de la Tshopo dans le cadre de l’indemnisation collective.
Il s’agit du financement du projet de réhabilitation de la centrale hydroélectrique de la Tshopo de l’ordre de 9.000.000$ et 3.000.000$ pour la réhabilitation de routes de desserte agricole de la province de la Tshopo.
Fonds remis respectivement à la direction générale de la société nationale d’électricité Snel et au ministère du développement durable.
L’annonce est du secrétaire rapporteur de Frivao au cours du lancement ce mercredi 13 mars 2024, de l’atelier d’appropriation de l’arrêt de la cour internationale de justice et du décret portant création, organisation et fonctionnement de Frivao.
Ces deux montants ont été puisés dans la quotité réservée à l’indemnisation
de dommage afférent aux ressources naturelles.
Depuis le financement de ces projets en 2023, jusqu’à présent aucun signe sur le terrain.
Les travaux de la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de la Tshopo qui s’effectuent actuellement bénéficient de l’appui de l’agence Belge au développement Enabel. Du côté de routes de dessertes agricoles, aucune de ces routes n’est réhabilitée.
A cet effet, la secrétaire rapporteur de Frivao, Mimie Moponga demande à la population de la Tshopo à travers celle de Kisangani de faire le suivi de la destination de ces fonds.


La construction d’autres ouvrages sont attendus dans le jour à venir, déclare la secrétaire rapporteur de Frivao étant donné que les parties prenantes ont déjà déposé leurs cahiers de charges en rapport avec l’indemnisation collective.
Ces cahiers de charges vont être examinés au cours de ces assisses de deux jours, qui se tiennent au centre de formation continue et d’excellence Monaco de l’université de Kisangani. Ces cahiers seront ensuite validés par le conseil d’administration.
Du côté, de l’indemnisation individuelle, le processus d’identification des victimes de guerres de Kisangani, étape déterminante dans l’opération d’indemnisation, est à sa 3e phase où le Frivao a déjà enregistré plus de 14.000 victimes.
Le travail de dépouillement est en cours pour retenir les vraies victimes, fait savoir Mimie Moponga. Le Frivao est cependant buté à une grande difficulté, celle de la prolifération des fausses victimes.
Des victimes créées de toutes pièces par des personnes animées de mauvaise foi, parmi lesquelles, certains membres des associations des victimes, déplore le secrétaire rapporteur de Frivao.
L’une des raisons d’ailleurs de le tenue de cet atelier, a rappelé la gouverneure de province aux participants.
Il s’agit de rendre compréhensible et accessibles les documents clés de base sur lesquels le Frivao trouve le fondement notamment l’arrêt de la cour internationale de justice et le décret du premier ministre, aux parties prenantes pour enlever tout équivoque dans leurs têtes.


Ces parties prenantes sont les Ong oeuvrant dans le domaine humanitaire, les acteurs publics, les acteurs de la société civile, les services étatiques, les leaders communautaires et les victimes. Cela en vue d’une appropriation et un suivi efficace des activités de Frivao.
C’est à ce titre que la gouverneure de province, Madeleine Nikomba parle de l’opportunité offerte à ces parties prenantes de partager de connaissances, d’échanger des idées et de formuler des recommandations concrètes pour garantir une mise en œuvre efficace, transparente et inclusive.
Rappelons que le Frivao est opérationnel depuis le 16 novembre 2023 alors que la nomination de ses membres est intervenue le 29 avril de la même année mais sa création par décret du premier ministre remonte au 13 décembre 2019.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *