Kisangani/Conflit Mbole-Lengola: Les organisations de la société civile évaluent la journée Lubunga commune morte du 18 octobre et la marche pacifique du 19 octobre 2023.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 419 Views

Après les manifestations citoyennes du 18 et 19 octobre 2023 pour dire non aux tueries à la suite du conflit Mbole-Lengola notamment la commune morte et la marche pacifique et dépôt du memoradum de la population de cette commune, l’heure est aujourd’hui 02 novembre 2023 à l’évaluation de ces activités.
Les organisations de la sociétés civiles et forces vives de la commune Lubunga organisatrices de ces manifestations ont au cours d’un point de presse, évalué ces activités.
Selon Héritier Isomela, président de l’Ong Sauti ya Lubunga, ces manifestations étaient une réussite.
Le 18 Octobre 2023, la commune était paralysée, pas de marché, les écoles fermées, l’administration fermée et pas de traversée.
Occasion pour lui de remercier l’association des navigateurs sur le fleuve Congo Anaflukis et l’association des pagailleurs assurant la traversée par pirogue Apetrap.
Le 19 octobre, la marche pacifique sur la rive droite du fleuve qui a abouti au dépôt de mémorandum.
Aujourd’hui, quelques retombées sont visibles.
La gouverneure a traversé à lubunga pour la première fois depuis le début de ce conflit en février de cette année, bien qu’elle est venue défier la population meurtrie de lubunga, déclare Héritier Isomela. Et sa visite est un échec, poursuit-il.
Aux dires de ce dernier, sur le plan organisationnel, les services de la gouverneure n’ont pas informé et associé les forces vives de lubunga
de l’arrivée de l’autorité provinciale,
La gouverneure s’est faite accompagnée d’un arsenal militaire, ce qui fait, qu’il n’y a pas eu communion entre l’autorité et sa population et la gouverneure n’a pas réussie à s’adresser à la population victime de lubunga.
Une autre retombée de ces manifestations , c’est le déploiement des éléments de la police nationale Congolaise de la legion d’intervention venus de Kinshasa.
Ces policiers qui sont placés au quartier Maniema au niveau de 5 chantier, à Lula au pk 7 route Ubundu , 8 et 16 route Opala ont leur quartier général au bureau communal de Lubunga.
Malgré leur présence, les tueries et l’insécurité continuent pas plus tard que mercredi 01 et jeudi 02 novembre 2023, les assaillants ont coupé les deux bras d’une femme et poignardé un homme respectivement vers le camp Lukusa et au pk 4 route Ubundu a indiqué le président de Sauti ya lubunga, qui demande aux autorités de déployer ces éléments de la police dans les zones a problème c’est à dire dans la forêt où les assaillants font la loi. La population propose qu’ils aillent à Ngene-ngene, Lokata, Kubagu, Otobio, Bego, Mabgoloko, pk 52 route Opala et Pk 51 route Ubundu.
Au cours de ce face à face avec la presse au hangar du bistrot Boyoma boyoma de Lubunga, le président de Sauti ya Lubunga est revenu les causes de ce conflit qui sont, selon lui, la cession de 4.000 hectares de terre à la société compagny agro pastoral du Congo cap Congo SARL par la signature de vingt contrats par la gouverneure de province. A ce sujet, héritier Isomela alerte du mécontentement de la communauté Arabisés de Lubunga qui dénonce l’occupation d’une partie de ses terres par Cap Congo SARL. Une situation qui risque de dégénérer si les autorités ne s’y impliquent à temps.
La seconde cause de ce conflit est l’administration parallèle entre le secteur de lubuya Bera et la commune Lubunga.
En rappel, ce conflit qui oppose les Mbole aux Lengola a débuté depuis le mois de février de cette année et a causé la mort de centaine de personne dont le nombre exact n’est pas connu et de milliers de déplacés internes aux sites sainte Marthe à Lubunga et au bureau communal de Kisangani.
Laurent Kangisa.

113 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *