Kisangani/Déplacés conflit Mbole-Lengola: Le ministère provincial de affaires humanitaires lance un s.o.s en faveur des déplacés.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 106 Views

Les conditions de vie dans les sites de déplacés internes de conflits Lengola-Mbole vont de mal en pis.
La semaine du 18 au 24 septembre 2023, deux enfants sont morts de la malnutrition dans les sites de la paroisse Sainte Marthe et camp LUKUSA dans la commune de LUBUNGA. Raison de la convocation de la réunion du comité provincial de coordination CPC ce mercredi 27 septembre 2023 par Madame le ministre provincial de la santé publique et affaires humanitaires a son cabinet.


Au cours de cette réunion, Bernadette Furaha sollicite l’appui des partenaires techniques aux efforts du gouvernement provincial dans la prise en charge de ces déplacés. Efforts du gouvernement provincial qui sont limités.
En réaction, les partenaires humanitaires présents à cette réunion, en l’occurrence l’Unicef et l’OMS déclarent qu’ils ne peuvent agir que conformément à leurs mandats respectifs.
Un argument qui ne convainc pas le ministre de la santé d’autant plus que la province de la Tshopo est placé au grade 3 au même titre que les provinces du Nord et sud KIVI et l’ITURI.
Grade 3 qui veut dire que le niveau d’intervention humanitaire et sanitaire est en mode d’urgence. Malheureusement la Tshopo ne bénéficie pas assez des interventions des humanitaires à l’instar des provinces précitées.


Le passage de l’OCHA, il y a trois mois, venue faire l’évaluation des besoins de ces déplacés n’a rien apporté.
Le faible moyen dont dispose le gouvernement provincial pour la prise en charge médicale de plus de 10.000 déplacés regroupés dans 4208 ménages hébergés dans les sites de Konga konga, Sainte Marthe et Camp Lukusa depuis 7 mois ne suffit plus.
Conséquence, a ce jour plus de 15 cas de décès sont déjà enregistrés dont la majorité des enfants. La malnutrition est la première cause de ces décès.
En 7 mois depuis leur hébergement dans les sites de Konga konga, Sainte Marthe et Camp Lukusa, plus 15 déplacés sont morts dont la majorité des enfants pour cause de la malnutrition.
Un autre chiffre qui fait froid au dos, c’est le nombre des enfants non scolarisés qui est de plus de 1100.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *