Kisangani/ Isc : Le directeur général pleure Jean Marie Mbende, un enseignant compétent et intègre.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 146 Views

Décédé le 15 janvier 2024 à Kinshasa à l’âge de 57 ans, le chef de travaux Jean Marie Mbende Bogala était conduit ce lundi 29 janvier 2024 en sa dernière demeure au cimetière de paradiso à Kisangani après des hommages dignes de son rang lui soient rendus à l’espace Bolongue.


Dans son oraison funèbre intitulé la consécration des mérites d’un humain bien que la reconnaissance ne soit pas de ce monde , le directeur général de l’institut supérieur de commerce Isc Kisangani, le professeur Jean Claude Esuka regrette la disparition d’un citoyen du monde aux multiples casquettes dont la notoriété publique retentissait au delà de l’Isc-Kisangani et de la Tshopo.
Un homme qui était à la fois une perle rare, un technocrate, un enseignant talentueux, intégre, un patrimoine provincial, une intelligence active, un notable, un digne fils de la Tshopo qui s’en va.
Face à cette immense perte pour la Tshopo et la grande Orientale, le directeur général dans un esprit de révolte s’interroge sur l’origine de la mort.
Une triste circonstance malheureuse, une triste réalité qui nous accable déplore le professeur Jean Claude Esuka.
Et de reconnaître que la mort gît dans la vie. C’est une évidence, une certitude imparable dont personne ne peut s’en passer.
Il conclut en affirmant que personne ne maîtrise les circonstances de temps et de lieu de sa mort.
Chacun meurt en sa manière selon son destin.
Parlant de la a dimension professionnelle et scientifique de l’illustre disparu, le DG de l’Isc pleure un enseignant compétent, objectif, incorruptible et intègre.
Une intelligence active et professionnelle qui s’éteignent.
Sur le plan scientifique, plusieurs publications sont à mettre à l’actif de feu chef de travaux Jean Marie Mbende. Il était sur le point de publier un ouvrage sur les finances publiques que le DG promet de le publier.
Au regard de ses qualités d’un scientifique hors pair, le professeur Jean Claude Esuka s’inspirant de la sagesse Africaine de Birago Diop, qui déclare que les morts ne sont pas morts, prie l’illustre disparu d’illuminer l’esprit des enfants de la Tshopo pour que naissent d’autres Jean Marie Mbende.


D’autres témoignages vantant les mérites du disparu ont été rendus notamment par les agents de la direction générale des recettes de la province de la Tshopo font il fut le concepteur et initiateurs de plusieurs réformes.
Ces anciens collaborateurs promettent de militer pour que sa lutte pour la mise sur pied de la fonction publique provinciale soit effective.
Un de ses anciens collègues au cabinet du gouverneur Bamanisa propose que la salle de réunion de la direction des recettes de la province de la Tshopo soit débaptiser au nom de Jean Marie Mbende afin de l’immortaliser.
Laurent Kangisa

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *