Ministère provincial de la santé : Bernadette Furaha rejette les accusations de détournement de don destinés aux victimes des inondations et aux déplacés internes et contre attaque en justice.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 225 Views

Après les accusations de détournement des vivres et non vivres destinés aux déplacés internes de conflit Mbole- Lengola et aux victimes des inondations par Madame le ministre provincial de la santé publique; cette dernière est enfin sortie du silence.
C’était au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 21 février 2024 en son cabinet de travail par son conseiller en santé et chargé de communication et media du système de gestion des incidents dans la Tshopo, Léon-Trésor Osono.
La ministre provinciale de la santé publique Bernadette Furaha, rejette en bloc ces accusations.
La ministre n’était associé ni de près ni de loin à l’organisation de ce don de l’ONG femme de la foi.
Le seul péché du ministre est d’avoir présidé la cérémonie de remise de don aux victimes en date du mardi 13 février 2024, a déclaré Leon-Tresor Osono.
L’organisation de la formation des enquêteurs jusqu’à la remise des dons en passant par l’identification des victimes était faite par le partenaire lui même avec la participation de la division des actions humanitaires, précisé le conseiller en santé et chargé de communication et media du système de gestion des incidences à la Tshopo.
Le chef de division provinciale des actions humanitaires dans la Tshopo, docteur Antoine Lokangila Mukwala ne reconnaît pas de détournement dans l’opération de remise de 40 tonnes de vivres et non vivres don de l’ONG femme de foi.
Selon ce chef de division ce travail s’est fait en toute transparence.
Le choix des enquêteurs s’est fait de commun accord avec la division des actions humanitaires, la protection civile et la coordination des déplacés.
Les 500 ménages bénéficiaires de ce don soit 360 victimes des inondations et 140 des déplacés des sites de Konga-konga et de la mission Saint Gabriel de simi-simi étaient sélectionnés selon des critères bien définis, fait savoir docteur Antoine Lokangila.
Les ménages devaient remplir l’un de ces critères, retrouvé soit une femme allaitante, une femme enceinte, personne handicapée, une personne de 3e âge ou un enfant non accompagné.
Le ménage ayant rempli l’un de ces criteres avait droit à :
– 25 Kg de riz blanc
– 25 Kg de farine de maïs
– 15 kg de haricot vert
– 5 Kg de sel
– 5 Kg de sucre
– 5 litres d’huile végétale
– 3 Barres de savon
– 1 pagne
Et une enveloppe de 8.000 FC pour le transport de ces vivres et non vivres.
Le site Sainte Marthe de Lubunga n’était pas pris en compte dans cette distribution pour la simple raison que le partenaire considére Lubunga comme une zone à haut risque où la sécurité n’est pas encore rétablie sans oublier l’obstacle naturel du fleuve, a indiqué le chef de division des actions humanitaires dans la Tshopo.
Où se trouve alors la responsabilité de Madame le ministre de la santé publique et actions humanitaires dans la distribution de ce don ! s’exclame Leon- Trésor Osono, conseiller en santé de la ministre et chargé de communication et media du système de gestion des incidences dans la Tshopo.
Il demande aux auteurs de ce coup, qui sont bien connus, de présenter les preuves de leurs allégations.
D’ailleurs la ministre a déjà saisi la justice pour réparation a conclu Leon-Tresor Osono.
Laurent Kangisa.

1 Comment
  • Ну что, друг, финансовые трудности подкрались незаметно? Не беда! С займ на карту без отказа ты можешь легко и просто решить свои проблемы. Всё происходит очень быстро и без лишних вопросов. Попробуй, не пожалеешь!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *