Politique/ Bas-uélé: Le sénateur Nestor Ngbonda Dauly, une nouvelle vision de la politique

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 185 Views

Le sénateur professeur docteur Nestor NGBONDA DAULY a passé trois semaines de vacances parlementaires dans sa circonscription électorale du Bas-uélé plus précisément à Aketi et à Likati de juillet à août 2023.
A l’occasion, il a déposé sa candidature à la députation nationale dans la circonscription électorale d’ Aketi où le quota est d’un siège.
Au regard du nombre de prétendants à cet unique poste, la bataille s’annonce rude.
Ce professeur d’université et spécialiste des soins des enfants ne fait pas la politique pour la politique ou pour ses propres intérêts mais pour le bien être de sa communauté.


C’est dans cette optique qu’il a mené plusieurs activités durant son bref séjour dans son fief électoral. Notamment, le financement des travaux de construction de quatre ponts avec le concours de la population sur l’axe Bunduki- Tshimbi long de 73 km
Il s’agit des ponts Manzunde, Ekoko, Mone et Matwame.
Le plus long de ce pont est de 12 mètres de long et 4 mètres de largeur et le plus court est de 10 mètres de long. Ils peuvent supporter jusqu’à 40 tonnes.


Ces quatre ponts ont été construits par deux ingénieurs, l’un de l’Office de route spécialiste en pont et chaussée et l’autre a fini à l’Institut national de bâtiments et travaux publics Inbtp à Kinshasa.
Un autre projet réalisé, c’est la prise en charge medicale des malades souffrant de l’épilepsie.
Selon le sénateur Nestor NGBONDA DAULY , en sa qualité de médecin,les zones de santé de Likati et d’Aketi sont confrontées à cette maladie .
Sur 17 cas des patients consultés par lui en une heure et trente minutes à Bunduki , 9 étaient des épileptiques.
Une situation inquiétante, qui a poussé cet élu des élus du Bas-uélé à mener des actions pour lutter contre cette maladie.
D’abord la prise en charge médicale des patients en mettant à leur disposition gratuitement des antiépileptiques de qualité sous la supervision des médecins chef de zone et leurs équipes respectives.
L’objectif ici est de connaître avec précision le nombre exact des malades dans les deux zones de santé, leur prise en charge effective et enfin chercher à connaître pourquoi l’expansion de ses épilepsies dans les chefferies qui jusque là étaient pratiquement indemnes de la maladie.


Ces actions sont financées sur fonds propres de ce fils du terroir.
À la question de savoir pourquoi réalise- t-il toutes ces actions alors que la campagne n’a pas encore commencé.
Il déclare que le meilleur investissement pour lui, c’est de travailler pour la population.
Pour preuve dit-il, il n’a jamais négligé, chassé ou pris en otage un malade pour manque d’argent dans sa clinique village de pédiatrie de Kisangani.
Aussi quand il était recteur de l’Université de Kisangani, il n’a jamais touché les 5% sur les projets initiés par lui durant son mandat pourtant c’est un droit.
Et comme nous citons l’université de Kisangani, cette institution se souviendra de lui, pour avoir laissé trois grands projets: Ebale ya Congo qui a permis l’installation du centre de surveillance de la biodiversité Csb, la coopération universitaire institutionnelle avec les universités flamandes et le projet de pédiatrie à la faculté de médecine. Ce dernier projet a permis l’installation du laboratoire de bactériologie au département de pédiatre des cliniques universitaires de Kisangani. Ce laboratoire a contribué à la formation des nombreux spécialistes en médecine, sa haute facture est de bientôt voir le département de pédiatrie doté des trois professeurs agrégés .
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *