Santé : Lutte contre le paludisme encore une priorité dans la Tshopo, SANRU ASBL met la main dans la poche

Redaction Par Redaction 91 Views
Exif_JPEG_420

 

C’est sous le thème  » Il est temps d’atteindre l’objectif : Investir, innover et mettre en œuvre » avec comme slogan pays, lancé comme cri de guerre  » La population de la Tshopo s’engage à des actions pour atteindre zéro cas de paludisme » que la 16eme journée mondiale de la lutte contre le paludisme a été célébrée le 25 avril 2023. A Kisangani, dans le cadre des manifestations commémoratives placées sous le haut patronage de la gouverneure de la Tshopo Madeleine NIKOMBA Sabangu, la ministre provinciale de la santé publique, hygiène et assainissement représentée par son conseiller en charge de la santé Trésor OSONO, le médecin coordonnateur provincial du programme national de la lutte contre le paludisme docteur Antoine BENE et la chargée de communication de l’ASBL Santé Rurale, en sigle SANRU Emmanuelle KATUMBE ont co-animé ce jeudi 1er juin 2023 un point de presse. La salle du restaurant La Fourchette boyomaise y a servi de cadre.
Devant un parterre des journalistes de différents organes de presse tant audiovisuelle qu’en ligne, les trois orateurs ont présenté la situation générale de la lutte contre le paludisme dans la province de la Tshopo ainsi que l’appui apporté par SANRU.

Ouvrant la série, Trésor OSONO, conseiller de la ministre provinciale de la santé publique, hygiène et assainissement déclare :

La RDC prête à en finir avec l’endemie veut lier l’acte à la parole pour donner plus de réalisme à cet appel pathétique lancé par la communauté internationale dans la grande famille  » Faire reculer le paludisme ou Roll Back Malaria ». Cela sous-entend que chaque chef de ménage doit s’engager pour barrer la route au paludisme dans sa maison où cette pathologie devra être prévenue précocement et la fièvre présentée au personnel soignant le plus proche endéans 24heures.
De prime abord, je prends conscience que le paludisme plus qu’une guerre classique, a tué silencieusement plus au moins 120 personnes au cours de l’année 2022 dans la province de la Tshopo. D’où, il n’est pas acceptable que l’on perde encore une seule vie du fait du paludisme. »

Après avoir peint un tableau sur l’évolution de la malaria dans la Tshopo, le docteur Antoine BENE, médecin coordonnateur du PNLP précise que le but du programme visant la lutte contre le paludisme et l’élimination de cette maladie est d’interrompre la transmission de la maladie dans les zones où cela est possible, et de faire en sorte que le paludisme ne figure plus parmi les problèmes de santé publique dans les zones où les outils actuels ne permettent pas. Dans notre prochain article, nous reviendrons avec force détails sur la communication du médecin coordonnateur provincial du PNLP.
Enfin, la chargée de communication de Soins de santé primaires en milieu rural, en sigle SANRU Emmanuelle KATUMBE a eu des mots justes pour présenter son organisation non-gouvernementale. Créée en 1981, SANRU ASBL actuellement présente dans les 26 provinces de la RDC vise à appuyer la mise en œuvre effective des politiques et normes et accroître la participation effective de la communauté dans la mise en œuvre des programmes de santé et l’influence et la garantie de l’amélioration des conditions de vie des populations. Parmi les grandes actions de SANRU ASBL, il y a la vaste campagne de la distribution gratuite dès moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action dans les différents d de la province de la Tshopo. FROK

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *