Sécurité : Opération zéro véhicule sans plaque d’immatriculation dans la province de la Tshopo ( Grand reportage)

Redaction Par Redaction 96 Views

Une grande partie de la cour de l’état major de la 31e région militaire à Kisangani s’est transformée depuis le dimanche dernier à un parc de véhicules. C’est un spectacle qui étonne tout visiteur. Les patrouilles organisées en moins d’une semaine ont permis de mettre en fourrière une cinquantaine de belles et grosses voitures. C’est le résultat de l’opération qui sonne la traque contre les véhicules sans immatriculation et avec des vitres fumées dans la ville de Kisangani.
L’initiative est du général major Muginga Timothée, commandant de cette région militaire, qui a instruit ses services, à la suite de l’arrêté de la gouverneure de la province de la Tshopo, Madeleine NIKOMBA Sabangu, signé le 28 avril 2023 portant interdiction de circulation de tout véhicule sans plaque d’immatriculation et ou à vitre fumée sur toute l’étendue de la province de la Tshopo. Le retrait du véhicule s’effectue obligatoirement par la présentation des documents de bord selon l’esprit des dispositions légales et réglementaires.

Halte aux délits de traffic d’influence

Les boyomais sont habitués aux contraintes qui s’affaiblissent souvent à cause de la confraternité et la solidarité entre les différents corps habillés. Les personnes qui ont une influence dans la sphère publique et politique avaient l’habitude ouvertement d’user de leur influence pour fouler au pied tout ordre établi. L’officier des FARDC qui chapote cette opération le N°1 de l’armée dans la Tshopo est bien conscient de ne pas tomber sous le coup de délit de traffic d’influence. Il refuse d’octroyer n’importe quelle faveur dans cette opération à toute personne qui abuse de son influence.
Les voitures qui roulent à Kisangani sont exportées des pays de l’Est de la RDC. Il y a de ces véhicules qui arrivent de Matadi, dans la province du Kongo Central, qui circulent à Kisangani sans immatriculation, s’exclamme notre source. Elle témoigne recevoir pas mal d’appels téléphoniques. Ces genres de véhicules peuvent avoir commis des forfaits ailleurs. C’est pour bien la cause qu’on exige que la présentation de tous les documents de bord pour chaque véhicule est obligatoire », répond ainsi à un particulier l’officier en charge d’application sans faille de cette decision du gouverneur de province de la Tshopo Madeleine NIKOMBA. Décision qui est passée en execution le dimanche 4 juin 2023.
Cette répression est saluée par plus d’un habitant de Kisangani habitués aux opérations qui s’adresse qu’aux plus faibles. “Les grosses voitures aux vitres teintées ont toujours été ignorées dans les operations de bouclage à Kisangani, un jeune homme à l’entrée de l’enceinte de l’état major des FARDC dans la Tshopo. Il y a même le véhicule d’un des conseillers au cabinet du gouverneur, à la famille judiciaire et même appartenant aux professeurs d’université. Une fois à la fourrière, le propriétaire ne repart avec son véhicule qu’en présentant les documents y afférents. Il n’y a pas d’amendes, dicte l’officier.

Mettre fin à l’insécurité

Rouler sans immatriculation et avec vitres fumées est une monnaie courante dans la ville de Kisangani. Ces voitures sont considérées comme des sources de profit qui peuvent aider les organisations criminelles. Si l’autorité provinciale a décidé de faire la chasse aux véhicules sans immatriculation, c’est aussi pour renflouer le trésor public et surtout à cause de l’expansion considérable de banditisme et cambriolage enregistré au 1er trimestre de l’année 2023.
Des véhicules avec des vitres fumées étaient pointées du doigt dans certains actes de banditisme récemment à Kisangani. C’est l’art 3 de l’arrêté de la gouverneure Madeleine NIKOMBA qui instruit sans faille le commandant de la 31 région militaire pour execution.
Les officiers et responsables de service de sécurité, qui par le passé n’étaient nullement inquiétés, ont rétiré de circulation leurs véhicules sans immatriculation, bien avant. Parce que le commandant région avaient attiré leur attention au strict respect de cette décision. Le général MUJINGA Timothée lui-même, tout son chariot dispose chacun de plaque d’immatriculation, nous fait savoir cet officier qui requiert l’anonymat.

Ernest MUKULI

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *