Tshopo : Investiture du bureau définitif, Matheus Kanga annonce la fin de la récréation à la Tshopo.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 185 Views

C’est un discours de responsabilités des élus provinciaux face aux attentes de la population et de mise en garde à l’exécutif provincial contre les anti valeurs, que, le président de l’Assemblée de la Tshopo, l’honorable Matheus Kanga Londimo a prononcé ce mardi 26 mars 2024 lors de son installation et des autres membres du bureau définitif.
Conscient de la situation d’impaiement de frais d’installation et d’emolument dans laquelle se trouve ses collègues députés provinciaux, le jeune président de l’organe délibérant de la Tshopo leur demande de faire le choix entre la dignité et l’opprobre, entre préserver la personnalité et la jetter en pâture, entre gagner indûment son droit et une jouissance indigne, entre la stabilité et l’instabilité des institutions.
Et de conclure,  » Nous ne sommes pas venus en politique pour nous enrichir. Nous sommes venus servir le peuple et apporter une solution aux maux qui rongent notre province ».
Pour ne pas profiter de la situation de précarité dans laquelle se trouve actuellement les députés provinciaux, Matheus Kanga lance une mise en garde contre les prétendants candidats sénateurs et gouverneurs.
Aux sénateurs qui tentent de piéger les députés et jetter l’opprobre à la première institution provinciale , d’arrêter cette aventure qui risque de se retourner contre eux.
Aux candidats gouverneurs de savoir que l’heure de l’achat de conscience, de chance eloko pamba est révolue. L’époque où l’on considérait le gouvernorat comme une entreprise d’enrichissement illicite est dépassée.
Ces personnes doivent prendre des dispositions pour se lancer dans l’entrepreneuriat car elles n’auront aucune chance de voir leur rêve se concrétiser.
Le moment est venu de placer chaque personne à la place qu’elle mérite, lâche le président de l’Assemblée provinciale de la Tshopo.
L’élu de Kisangani rassure le prochain exécutif de sa volonté d’oeuvrer pour la stabilité des institutions.
Ceci constitue même la vision de ce jeune président de l’organe délibérant de la Tshopo. Cependant, cela ne va pas exclure les contrôles parlementaires, pas de contrôles parlementaires de complaisance.
S’adressant à l’actuel exécutif provincial, le président du bureau définitif fait le constat selon lequel depuis l’ouverture de la session extraordinaire, tout semble être en arrêt dans la Tshopo.
Sur le plan sécuritaire, le banditisme urbain est croissance, aucune explication sur le conflit intercommunautaire entre les Mbole et Lengola, le déplacement des limites par les provinces voisines.
Sur le plan des infrastructures, les territoires sont enclavés suite à la dégradation des routes.
Le social des Tshopolais se dégrade au jour le jour, pas d’accès à l’eau potable, ni a l’électricité dans la ville, l’impaiement des agents des services provinciaux, avec comme conséquence, les parents sont clochardisés, leur malheur, c’est d’avoir travaillé pour la Tshopo.
Bref, le gouvernorat et les ministères provinciaux donnent l’impression de cimetière où les survivants sont recherchés, déplore le président de l’organe délibérant
Matheus Kanga demande à ces animateurs déserteurs de se ressaisir en s’acquittant de leurs devoirs ou soit d’avoir l’élégance de laisser la place à ceux qui ont encore de l’énergie de travailler pour la Tshopo.
Il ne s’agit pas selon lui de faire la chasse à la sorcière ni de régler les comptes à qui que ce soit mais régler les comptes aux anti valeurs et à tous les acteurs qui empêchent la Tshopo d’enclencher son développement.
Le tableau ainsi dressé, montrent que la Tshopo a de sérieux problèmes.
Le président du bureau définitif de cette législature appelle ses collègues députés de changer le fusil d’épauler pour travailler la main dans la main pour qu’enfin la Tshopo amorce son développement.
Il faut dire que l’investiture ce 26 mars du troisième président de l’Assemblée provinciale de la Tshopo coïncide avec la date de la mort du premier président de l’organe délibérant de cette province.
Laurent Kangisa.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *