Société: Le collectif de femmes de la Tshopo clôture son projet sur la santé reproductive par une tribune d’expression populaire dans la commune de Mangobo.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 137 Views

Le collectif des femmes de la Tshopo a clôturé son projet sur la santé sexuelle et reproductive, le samedi 29 juillet 2023 par une tribune d’expression populaire au marché municipal de Mangobo.
Homme, femmes, jeunes filles et garçons venus de tous les coins de cette commune écouter le message apporté par le Collectif des femmes.
¶ Nous vous avons apporté la bonne nouvelle sur les méthodes qui protègent contre les maladies sexuellement transmissible et d’espacement de naissance ou planification familiale. Il existe de méthodes naturelles telles que la maîtrise de cycle menstruel d’une femme, l’abstinence, il y aussi le coit interrompu c’est à dire l’homme n’ejacule pas dans le vagin de la femme. A côté, il existe aussi des méthodes non naturelles telles que l’usage de préservatif ou condoms et les implants. Appliquer l’une ou l’autre de ces méthodes permet aux couples mariés d’espacer les naissances de leurs enfants. Cela présente des avantages aussi bien à la maman qui aura un temps de repos, ce qui permettra à l’enfant de grandir en bonne santé et aux parents de faire des économies. Cela vaut aussi pour les jeunes adolescents, qui ne vont pas devenir parent précocement. Pour le faire, il existe des structures médicales spécialisées comme par exemple l’hôpital général de référence de Mangobo qui est proche de vous ici .¶ a lâché Laurianne KOLONGO, chef de ce projet.


La foule a réagi en posant des questions. Des questions qui ont tourné autour des effets secondaires surtout des implants.
A toutes ces questions, le collectif de femmes les a tout simplement demandé de passer dans les structures médicales spécialisées.
Satisfait de notions reçues, jean pierre, quarantaine révolu, promet d’amener sa femme des le lendemain à l’hôpital général de Mangobo.
Jocelyne, étudiante âgée de 21 ans n’exclut pas la possibilité d’aller voir les gynécologues
Ce projet visait atteindre plus au moins cinq milles personnes.
Le collectif des femmes, en plus de cette 2e tribune d’expression populaire apres celle tenue à la rive droite de la Tshopo, vingt sensibilisateurs formés passaient dans des quartiers de la ville où elles sensibilisaient la population reunie en petit groupes. Le media était utilisé pour la diffusion des spots sur ce theme. Un noyau de monitoring composé de 12 personnes à raison de deux par commune avait pour mission de passer dans les structures qui offrent les services de planification familiale afin de récolter les statistiques de ceux qui y vont pour se faire accompagner.
Lancé au mois de février 2023, ce projet est financé par le fonds pour les femmes Congolaises FFC.
Outre le collectif de femmes, cinq autres structures de la ville de Kisangani étaient aussi financées sur la même thématique.
Les responsables de ces structures rappelons le ont été formés le mois passé sur le cycle d’un projet.
Lk

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *