Tshopo/Santé : Le Cedaf plaide pour le ravitaillement des structures médicales de la Tshopo en intrant de dépistage contre le Vih/Sida.

Laurent Kangisa Par Laurent Kangisa 208 Views

Le centre d’études, de documentation et d’actions pour la femme, Cedaf en sigle plaide pour le ravitaillement en intrant de dépistage des VIH/Sida dans les structures sanitaires de la Tshopo.
Cette organisation qui milite pour la promotion de la femme a déposé ce jeudi 01 février 2024, une note de plaidoyer à l’attention des acteurs de lutte contre le VIH/Sida et les maladies sexuellement transmissibles en province de la Tshopo, à la coordination provinciale du programme national multi sectoriel de lutte contre le Sida Pnmls Tshopo.
Cette note de plaidoyer est la suite du constat fait sur le terrain lors de la campagne de sensibilisation de lutte contre cette pandémie et la vulgarisation du protocole de Maputo menée par les équipes de cette structure ici dans la ville de Kisangani.
Il s’agit notamment du manque criant d’intrants de dépistage dans les structures médicales.
Ce qui constitue une véritable menace et une contrainte pour la riposte contre la pandémie du Sida dans la province de la Tshopo.
Cette situation était soulevée par le programme national de lutte contre le Sida Pnls lors de la célébration de la 35e journée mondiale du Sida à Kisangani.
Ce programme ajoute que les structures sanitaires de la Tshopo sont en rupture de stock des antirétroviraux pédiatriques depuis plusieurs mois.
Pour la prise en charge médicale des enfants, le personnel soignant est obligé de donner la moitié du comprimé d’ antirétroviraux adulte pour donner aux enfants avec tout le risque de surdosage ou de sous dosage.
Cette situation met en danger les efforts de lutte dans la Tshopo quand on sait que la province est entourée de 8 provinces. Et certaines de ces provinces ne sont pas couvertes entièrement par les activités de lutte contre cette pandémie, avait déploré Dr Aloïs Olinda, médecin coordonnateur de Pnls dans la Tshopo.


Craignant une augmentation du taux de prévalence des VIH/Sida et les maladies sexuellement transmissibles avec toutes les conséquences possibles et redoutant la montée du taux de mortalité due au VIH/Sida ; le centre d’études, de documentation et d’Actions pour femme Cedaf, demande aux autorités sanitaires mais aussi aux partenaires locaux, nationaux et internationaux impliqués dans la lutte contre le VIH/Sida et infections sexuellement transmissibles d’approvisionner la province en intrant de dépistage contre le VIH/Sida, de faciliter l’accès au traitement antirétroviraux et d’intensifier le programme de communication pour le changement social et comportemental.
S’adressant au gouvernement provincial, le Cedaf, l’invité à activer la ligne budgétaire de la santé, de créer le fonds Sida et enfin de rendre opérationnel le conseil provincial multisectoriel de lutte contre le Sida.
Le chef de la cellule suivi-Evaluation faisant l’intérim du secrétaire exécutif provincial du programme national multisectoriel de lutte contre le Sida Pnmls ici dans la Tshopo, Dr David Ditalala salut l’acte posé par le Cedaf. Le plaidoyer qui est l’une des activités que mène le Pnmls.Il promet de transmettre le document aux concernés.
Après le Pnmls, le Cedaf à déposé le même document à la division provinciale de la santé et au ministère provincial de la santé publique.
Il faut dire que cette activité était rendue possible grâce à l’appui financier du fonds pour la femme Congolaise.
Laurent Kangisa.

1 Comment
  • You actually make it seem so easy along with your presentation however I to find this topic to be really one thing that I feel I might by no means understand. It kind of feels too complicated and extremely vast for me. I am looking forward to your next put up, I will attempt to get the hang of it!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *